A la découverte de Loikaw et ses alentours en territoire Kayah

Mais pourquoi visiter cette région réouverte au tourisme il n’y a pas si longtemps que ça ? Et bien je souhaitais rencontrer les « femmes girafes » Padaung, puisqu’il s’agit de leur région natale. En effet, celles que l’on peut rencontrer en Thaïlande font le voyage ou y sont réfugiées depuis le conflit avec le régime miliaire birman, pour gagner leur vie. Cependant, elles représentent une véritable « attraction locale ». Elles voyagent également en Birmanie dans les lieux touristiques comme le lac Inlé ou Bagan, afin de vendre leur objets (bijoux en bronze ainsi que des écharpes et vêtements en coton). Or peu de touristes se rendent dans leur terre natale près de Loikaw, d’autant que c’est assez éloigné de la ville la plus proche.

C’est donc pour les rencontrer dans leur élément et loin de la pression touristique que j’ai choisi cette étape.

Comme je le mentionnais dans mon article sur le trek Pindaya / Kalaw, nous sommes en plein Festival Tahdingyunt. C’est le lendemain de la pleine lune, tout le monde est au monastère et donc… tout est fermé. Maisons, restaurants, échoppes, etc… Ainsi, la route de Kalaw à Loikaw (environ 6h en tout) n’a été qu’une succession de villages fantômes ! Nous nous sommes arrêtés de temps en temps, pour tenter une petite visite mais c’était vraiment mort. On a eu une chance inouïe de trouver un restaurant ouvert – il était d’ailleurs pris d’assaut par les locaux en voyage ou au travail (routier).

IMG_3755

IMG_3758

IMG_3759

IMG_3762
IMG_3763

Le paysage change subtilement en chemin par rapport à Kalaw (je commence à voir des champs d’ail, de cacahuètes et de tomates) pour être totalement différent à l’approche de Loikaw. C’est vert tout en étant aride à la fois (je n’ai pas de meilleure description). A Loikaw, ce sont surtout les cultures du maïs, du millet et du riz qui prévalent. La population est plutôt jeune mais les jeunes sont en mode un peu « je me la pète » et très « fashion », ce qui détonne avec mes rencontres des jours passés et surtout avec la ville en elle-même ainsi que les villages aux alentours (qui sont plutôt traditionnels). En revanche, je dois dire que j’ai trouvé le coin vraiment sale par rapport au reste de la Birmanie. La ville n’est qu’à 130 miles de la frontière thaïlandaise. A la différence des autres endroits que j’ai pu visiter en Birmanie, la population est assez fermée et semble méfiante (peut être un héritage de l’oppression subie de la part des militaires).

IMG_4002

Bon à savoir : La région de Loikaw se prête également au trek mais ça ne m’avait pas autant tenté que celui de Pindaya à Kalaw.


Pagodes Taung Gwe et Myo Nan

A mon arrivée en fin d’après-midi, direction la pagode de Taung Gwe. Elle très connue pour sa vue et son architecture originale, puisqu’implantée dans différents rochers, qui sont reliés par des ponts. A noter que j’avais un guide avec moi car n’étant pas un endroit très touristique, je ne me sentais pas de m’aventurer seule dans la région. Donc on arrive à la pagode au coucher du soleil… la vue est magnifique et surtout, c’est assez rigolo de se promener dans les rochers. Comme c’est le festival Tahdingyunt, c’est une véritable effervescence autour de la pagode, qui est entourée par de nombreux monastères.

IMG_3801

IMG_3845

IMG_3824
IMG_3825

IMG_3836

On fait également un saut à la pagode Myo Nan non loin de là où des centaines de bougies sont disposées sur la pagode en vue du festival.

IMG_3861

IMG_3859

IMG_3872
IMG_3871

Festival Tahdingyunt et spectacle de sons et lumières

La nuit tombe et pour la première fois à Loikaw, à l’occasion du festival, il y a une procession de lanternes et de personnes sur le fleuve qui traverse la ville. Le guide était assez excité puisque c’était tout nouveau. Au programme :

  • Danse sur des pirogues, avec accompagnement de chants et musiques (ça fait mal aux oreilles)
  • Puis remontée du fleuve par les pirogues à la queue leu leu avec en tête, deux pirogues décorées pour l’occasion (avec Buddha), précédées par des lanternes lumineuses flottantes
  • Feux d’artifice

Je précise que toutes les photos de nuit ont été prises sans trépieds, ce qui est explique la qualité moyenne des photos !

C’était vraiment sympa, il y avait un monde fou ! La difficulté de la soirée – trouver un endroit pour manger ! Mais on y est quand même parvenu 🙂 C’était un nouveau restaurant (Loikaw City II). Comptez environ 3000 Kyats (environ 2.1€) pour un plat.


Les ethnies Kayah

Village de Panpauk – ethnie Karen rouge

Seules les femmes âgées portent encore l’habit traditionnel, dont l’objet est de ressembler à l’emblème de l’état Kayah à savoir l’oiseau Kinnaree, une femme avec un corps d’oiseau. C’est ainsi qu’elles portent des anneaux assez serrés sur la partie allant du haut du genoux au milieu du mollet (pour rappeler les jambes d’un oiseau) ainsi que des piercing avec des poids lourds aux oreilles et une cape. Nous avons avec le guide abordé trois vieilles copines (moyenne d’âge : 80 ans !) pour en savoir un peu plus sur elles et leurs familles. Dans ces ethnies, l’alcool a une place prépondérante (on en boit dès le matin) et on grignote une espèce de pâtes de riz macéré gluante  très très sucrée – à manger avec les doigts. C’était absolument dégoutant mais pas le choix que d’accepter un morceau pour ne pas les vexer, elles ont été vraiment adorables avec moi (qu’est ce que c’était collant – ça a même eu du mal à descendre dans mon œsophage).

IMG_4023

IMG_4021
IMG_4022

IMG_4020

IMG_4010
IMG_4026

Les femmes girafes (à environ 1h15 de Loikaw) – ethnie Padaung

Comme leur nom l’indique, elles ont un long cou (d’ailleurs en anglais, on parle de « long neck women »), encerclé d’anneaux en bronze (environ 6 kilos pour une adulte). Il ne s’agit en réalité pas de plusieurs anneaux mais d’un seul bloc (un peu comme un ressort). Il y a deux parties :

  • La partie principale, sur le cou en lui-même
  • La partie basse, qui est réalité un collier assez large (recouvrant un peu les clavicules) qui se clip sur la partie principale à l’aide d’un rondin de bronze. Elle déclip la partie basse pour pouvoir dormir et pour travailler.

En règle générale, une petite fille commencera à porter le collier de bronze à partir de 5/6 ans, et il sera remplacé par un collier plus large au fur et à mesure de leur croissance. Contrairement à ce que l’on peut penser, il ne s’agit pas d’anneaux qui sont ajoutés au fur et à mesure des années.

Il arrive également que les femmes girafes retire leur attirail (par exemple si elles ont un enfant) et le résultat est assez étonnant. C’est une évidence mais le cou est plus long que la normale et surtout fin (un peu comme s’il n’était pas musclé). J’ai pu en voir une seule fois mais n’ai pas osé prendre de photo.

IMG_4035

IMG_4040

Leur village est vraiment très pauvre et on sent une grande réserve de leur part (sauf quelques femmes girafes habituées à voyager et qui vendent leurs objets). Il n’y avait pas d’autre touriste ce jour là, et j’étais un peu mal à l’aise. Une famille nous a accueillis dans leur maison (une mère et deux de ses filles avec les petits-enfants). C’est vraiment un autre monde, encore plus déconnecté je pense que les tribus que j’ai pu rencontrer durant mon trek.

J’ai « discuté » par l’intermédiaire du guide avec l’une de ces femmes girafes à l’entrée du village, qui a eu la gentillesse de me jouer une musique traditionnelle avec une guitare « maison ». Il faut savoir qu’elles ont leur propre dialecte. J’ai retenu un seul mot « Apou » qui veut dire « joli ». J’ai même pu essayer un de leur collier (pas exactement le même que celui qu’elles portent puisque celui là était en 2 morceaux – heureusement car c’est assez flippant).

IMG_4051

IMG_4050

Une spécialité du coin, le vin. Il est fait à base de millet, de riz et d’eau chaude (il faut le laisser fermenter pendant 1 semaine avant de pouvoir le boire). Elles mettent cela dans une jarre portable et sirotent le vin à l’aide d’une paille en bois. La difficulté étant de le garder chaud !

IMG_4045

Bon à savoir : il faut un permis spécial pour aller dans cette zone. Mais on ne me l’a pas demandé. Le guide ainsi que l’agence m’ont conseillé en revanche de toujours l’avoir avec moi « au cas où » en cas de contrôle par la police.

IMG_4394

13 Comments

  • Chantal dit :

    Bonjour Jessica,
    Merci pour ce compte rendu de séjour autour de Loikaw. Les photos sont magnifiques et tu nous confortes dans notre idée d’aller dans cette région de Birmanie pour aller dans un ou des villages Karen. Nous sommes deux couples de soixantenaires. Nous disposons de deux jours à partir de Kalaw ou du Lac Inle. Crois tu que ce soit suffisant ? D’après ce que nous avons compris, il faut environ 7h pour aller et donc 7h pour retourner à Kalaw. Avec une agence c’est peut-être possible ! Nous venons de consulter le site de l’agence « adorable Myanmar » mais nous n’avons rien trouvé au sujet de cette excursion. Peux tu nous renseigner ? Merci de prendre quelques minutes pour nous répondre.

    • Jessica dit :

      Bonjour Chantal, merci beaucoup pour ton commentaire 🙂 Pour les deux jours, tout dépend de votre prochaine étape (est-ce que c’est sur la route ou est-ce que cela vous fait faire un détour). De mon coté, j’avais fait Kalaw – Loikaw – Hpe Khon (pour embarquer vers Sagar puis lac Inlé). Hpe Khon n’étant qu’à 1h30 de Loikaw (j’ai passé deux nuits à Loikaw). Effectivement, c’est environ 7h entre Kalaw et Loikaw. Non ce n’est pas sur leur site de mémoire mais il faut demander un devis pour cette partie précisément. Très bon voyage 🙂

      • Bouron dit :

        Rebonjour Jessica et merci pour ta réponse. Encore une petite question avant que je m’adresse à Adorable Myanmar : il est donc possible d’embarquer à Sankar pour le Lac Inlé. Combien de temps faut-il approximativement pour faire Loikaw-Le Lac Inlé de cette façon ? et où arrive-t-on sur les rives du Lac Inlé ?
        Chantal

        • Jessica dit :

          Bonjour Chantal, j’imagine oui mais j’aurais du mal à te dire le temps que ça prend sans l’avoir fait depuis cet endroit. Quant à l’arrivée, et tout dépend du lieu où tu vas dormir mais tu peux demander une arrivée où tu le souhaites en principe. Bon voyage 🙂

  • Lise martin dit :

    Bonjour ! Je suis tombee sur votre page en cherchant des infos sur Loikaw, et je voulais savoir si par hasard vous aviez encore le contact du guide qui vous a emmene la-bas ? Je n’ai pas vraiment trouve d’info sur le net, donc.. a tout hasard ! Merci beaucoup ! Et bravo pour les photos, elles sont superbes ! Lise

    • Jessica dit :

      Bonjour Lise! Mille mercis pour ton commentaire 🙂 Je n’ai pas les coordonnées de ce guide là mais sincèrement je ne le conseille pas non plus. Je suis passée par l’agence Adorable Myanmar. Mais pour cette région, il y a très peu de guide et encore moins de guides qualifiés. Celui que l’agence utilise d’habitude était déjà en mission avec d’autres personnes. Bon voyage!

  • Pauline dit :

    Salut !
    Merci pour ce chouette article !
    Nous souhaitons également partir à la rencontre de l’ethnie Padaung… S’il faut une autorisation, où l’as tu demandée ?
    Nous devrions rejoindre Loikaw depuis Inle. Comment as tu fait le trajet depuis Kalaw ? Bus ou voiture privée ? (te rappelles tu du budget ?)

    Merci d’avance de ton aide 🙂

    • Jessica dit :

      Hello ! Merci 🙂
      Pour l’autorisation et l’organisation de cette étape, j’étais passée par Adorable Myanmar (qui s’est donc chargée des formalités – ça peut valoir le coup de les contacter). Du coup, comme ils s’occupaient aussi de la partie trek Pindaya/Kalaw, je n’ai pas de budget précis – mais on y avait été en voiture privée car j’y suis allée pile au moment d’une grande fête religieuse où tout était fermé et tournait au ralenti (même les transports). En tout cas, j’ai fait le trajet inverse de ce que vous allez faire (Loikaw – Inlé) et le voyage à pirogue est vraiment top 🙂 Mais pour le permis, au final, personne ne m’a jamais arrêté pour le demander. Quand j’en ai parlé à l’agence, ils m’ont dit que c’était bien rouvert au tourisme mais qu’on ne savait jamais (un policier mal luné…) – moralité, il y a vraiment très peu de chance d’être arrêté (mais comme j’étais seule je n’ai pas osé tenter le coup). En tout cas, très bon séjour et super votre blog et votre tour du monde ! 🙂

      • Pauline dit :

        Merci beaucoup Jessica !!

        Dans un article récent j’avais lu qu’il n’y avait plus besoin d’autorisation ! On va se renseigner à Inle alors !

        A bientôt !!!

  • Quercy dit :

    Bonjour Jessica, Jing (Wei) m’a parlé de ton blog car je suis partie trois mois en Asie du Sud est de décembre 2015 à février 2016, et cela s’est un peu fait dans la précipitation sans grande préparation et du coup ton blog m’a beaucoup aidé pour choisir mes destinations en Birmanie, j’ai vraiment adoré rencontrer les « femmes au long cou » dans leur vie quotidienne!
    Merci!
    Emma.

    • Jessica dit :

      Bonjour Emma, ah mais c’est super! Merci beaucoup! Tu as fait quels pays alors durant ton voyage? Dur dur le retour non? Bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *