Le Durian – ce qui ne te tue pas sent plus fort !

Crédits photo: foreigngeek.com
Crédits photo: foreigngeek.com

Le Durian, tu l’aimes ou tu le quittes… C’est en gros la phrase qui pourrait assez bien résumer le résultat d’une première dégustation de ce fruit si mystérieux.

De passage à Singapour en attendant que M. Déclic me rejoigne pour la Nouvelle-Zélande, j’ai retrouvé mon acolyte rencontrée à Taïwan (Grace) pour une découverte strictement culinaire de Singapour (en gros j’ai mangé du matin au soir non-stop).  Mais j’ai connu mon apothéose culinaire en fin de journée avec ma dégustation du fameux Durian… dont Grace m’avait déjà parlé à Taïwan !

Le Durian c’est quoi ? C’est un arbre fruitier dont le fruit s’appelle également le Durian qui en apparence ressemble à litchi géant mais de couleur verdâtre. Pourquoi géant ? Et bien il peut faire jusqu’à 40cm de longueur et peser 4 à 5kg… Si si je vous assure. Rien que ça, ça fait déjà peur. Donc en image, ça donne ça :

IMG_4706

Pour vous mettre en condition (type préparation mentale avant de monter sur un ring), vous commencerez doucement (et sournoisement) à sentir son parfum si délicat de l’autre côté de la rue où il se situe… J’ai traversé la route pour me retrouver devant une immense étale de Durian. Tout de suite, j’ai lâché un « Ca pue vraiment ton truc ! ».

Mais bon, en grande amatrice de fromage, je me suis dit que « plus ça sent plus c’est bon ». Je me suis donc naïvement dit que ça devait être bon…

On a choisi un bon morceau, déjà préparé/pelé, à savoir uniquement la chair, d’une couleur jaunâtre un peu douteuse d’ailleurs, le tout sous film plastique dans une barquette. Grace, absolument fan de Durian me tend des gants en plastique et une noix de coco en me disant que c’est comme ça qu’on mange le Durian. « Okayyy mais pourquoi des gants ? ». Héhé, réponse rapide… il aura suffit de retirer le film plastique pour comprendre. L’odeur est au choix absolument infecte, fétide, putride !!! Bref, perso, j’ai eu envie de vomir avant même de goûter (mais le Mont d’Or à un peu le même effet sur moi – c’est le seul fromage que je suis incapable de manger). J’ai d’ailleurs dit « Mais ça sent les pieds ! ».

IMG_4757

Parce que les images valent mieux que des mots, je vous laisse découvrir la série de clichés (très flatteurs) prise par Grace de ce moment anthologique qui fût clairement le pire moment culinaire de mon périple !

IMG_4760
IMG_4764
IMG_4765
IMG_4766

IMG_4767

IMG_4768
IMG_4769

IMG_4770

IMG_4771
IMG_4772

Résultat, après une bouchée et pour éviter de réellement vomir, j’ai tout laissé à Grace qui s’est fait une joie de finir.


Bilan

  • Clairement, le Durian, je le quitte… En plus, paye ton haleine…
  • J’ai vraiment beaucoup apprécié la texture. C’est assez difficile à décrire mais c’est plutôt laiteux, onctueux et soyeux (ça donnerait presque envie !). Elle n’a vraiment aucun défaut.
  • C’est cher : entre 12 et 18 SGD pour la moitié du fruit
  • C’est une expérience en soi que je conseille vivement parce que oui, certaines personnes adorent le Durian ! Je ne regrette pas du tout d’avoir tenté !

Minute culture : le plus gros producteur de Durian est la Thaïlande avec une production annuelle de plus de 750.000 tonnes de Durian. Je n’ose même pas imager l’odeur ambiante dans les champs…

Je terminerai quand même cet article par un extrait d’un livre de Richard Sterling (journaliste culinaire) :

« … son odeur peut être décrite comme celle des excréments de porc, de térébenthine et d’oignons, le tout garni par une vieille chaussette. On peut le sentir loin à la ronde. Malgré sa grande popularité locale, le fruit est interdit dans certains établissements comme les hôtels, les métros et les aéroports (y compris les bagages à main et autres valises, accompagnés ou non), ainsi que les transports publics du sud-est asiatique »

 

Durian

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *