L’indispensable carte sim au Japon

Photo de Iphone retro
Photo de Iphone retro

Jamais Internet ne nous aura été aussi précieux que lors de notre voyage au Japon. La location d’une carte sim a été la meilleure décision que nous ayons prise. M. Déclic étant un véritable geek accro à internet, il lui semblait absolument indispensable de rester connecté à l’autre bout du monde. J’étais pour le moins sceptique (voir carrément contre) au début, puisque les hôtels sont tous équipés de wifi et que je ne souhaitais pas qu’il soit visser à son téléphone. Alors quel intérêt de payer un service pour pouvoir capter internet à tout moment et quelque soit l’endroit ?

Et bien, se repérer au Japon, c’est un peu comme essayer de lire dans le noir… d’autant que nous avions prévu de traverser le Japon par la largueur en prenant le bus  (de Matsumoto à Kanazawa en passant par Kamikochi) et que la campagne japonaise, et bien c’est vraiment la nature à l’état brute avec peu d’indications compréhensibles pour nous, petits français.

Partant de ce constat (mais il y en avait d’autres), nous avons fait nos petites recherches. Plusieurs possibilités s’offraient à nous, soit acheter un téléphone, soit en louer un ou bien louer une carte sim. Possédant tous les deux un smartphone, nous avons opté pour la dernière solution (on aime bien nos joujoux et leurs applis !).

Le choix des opérateurs ne fût pas si simple tant il y avait d’offres : softbank, B-mobile, econnect et Global Advance Communications. Notre critère principal, outre le prix, a été le volume de données que nous pouvions utiliser par jour (en clair, nous ne voulions pas être limités).

Nous avons finalement opté pour Global Advance Communications. 1921980_639536162767116_1062585189_nNon seulement ils ont été très réactifs – nous avons échangé de nombreux emails et leurs explications ont été très claires, mais en plus cette société semblait recueillir des avis unanimes sur le net. Pour le détail de leur offre de location de carte sim, c’est par ici ->

Nous l’avons commandée en avance de telle sorte que nous n’aurions qu’à la récupérer au comptoir dédié à l’aéroport. Ainsi, à notre arrivée, nous nous sommes dirigés vers le comptoir en question. Tout était prêt, ils nous ont remis une enveloppe contenant la facture, la carte sim, le numéro de téléphone, les instructions ainsi qu’une enveloppe pré-affranchie pour restituer la carte sim. En effet, à moins que vous ne repreniez l’avion à partir du même aéroport qu’à l’aller, il vous sera nécessaire de renvoyer votre carte sim par la poste. Ce fût notre cas puisque nous sommes arrivés à Tokyo mais nous sommes repartis d’Osaka.

Nous n’avons eu aucun problème durant notre séjour, tout à parfaitement fonctionné – google maps, tripadvisor et les différentes applications de traduction ont fonctionné à plein régime.

Attention, le tarif de location d’une carte sim est beaucoup plus cher lorsque vous êtes sous Android que lorsque vous avez un iphone (environ 40 à 45% plus cher).

A noter qu’il existe également le « wifi-to-go« , un wifi de poche prenant la forme d’un boitier, à partir duquel il est possible de connecter plusieurs appareils électroniques afin de capter le wifi (i.e. ordinateur, tablette et téléphone).

PS : La photo est créditée « Iphone Retro » (http://iphoneretro.com)

2 Comments

  • Chrissand dit :

    Sinon il y a la combine de télécharger google translate sur son smartphone. Comme ça , on peut traduire tout sans avoir besoin de wifi ou de données mobiles…

    • Jessica dit :

      On avait ça également, ainsi que l’appli du métro de Tokyo… mais ça n’était pas suffisant. Heureusement qu’il y avait google maps pour se repérer et surtout internet, pour trouver plein d’endroits sympas, comme des nékos café ou des petits restos ou bars… Sans compter qu’en dehors de Tokyo ou Kyoto, ce n’est pas la même chose. Nous étions en vadrouille du matin au soir, nous ne voulions pas nous trimballer les guides papiers ou même passer notre temps sur l’ordi. C’était vraiment top d’avoir une carte sim ! D’ailleurs pour mon prochain voyage, je vais en acheter dans les différents pays (d’autant que je serai seule).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *