Premier jour au Festival de Punakha, un bonheur pour les yeux…

C’était avec une grande impatience que j’attendais ce moment… Non parce que c’était quand même l’élément central de ce voyage !

Après notre retour de Gasa, c’est avec plaisir que nous avons retrouvé le couple chez qui nous avions dormi à l’aller à Punakha, autour d’un pic nic.

Notre famille d'accueil à Punakha

Notre famille d’accueil à Punakha

L’idée de départ était qu’ils nous aident à nous changer (et oui, l’habit traditionnel bhoutanais pour les femmes est assez (voire très) compliqué à mettre par une personne seule (alors par une étrangère qui n’y connait rien…)). Mais nous avons au final abandonné l’idée pour la première journée du festival et nous y sommes allés avec nos habits normaux.

En effet, l’après-midi était déjà bien avancé et nous n’allions pas y rester longtemps. Nous avons bien détonné dans le Dzong… En gros, plus vous êtes coloré et plus vous passez inaperçu !

Dzong de Punakha

Dzong de Punakha

Il faut savoir que les festivals au Bhoutan sont de véritables traditions, en général sur plusieurs jours, mêlant danse traditionnelle, musique (parfois chant) et prière. Les habitants se parent de leurs plus belles tenues, toutes très colorées. Un ravissement pour les yeux.

Celui de Punakha est en réalité composé de deux festivals, qui la plupart du temps se suivent – le Dromchoe et le Punakha Teschu.

Nous avons assisté à ce dernier. Les dates changent chaque année mais le festival tombera toujours entre février et mars. C’est d’ailleurs le cas de la majorité des festivals au Bhoutan (de février à avril puis en octobre/novembre).

L’arrivée au Dzong de Punakha se fait par un pont où d’entrée, on peut voir la foule colorée le long de la rivière.

Pont d'accès au Dzong

Pont d’accès au Dzong

Pont

Pont d’accès au Dzong

Durant ce festival, tout le monde y reste pour la journée, pic-niquant ainsi aux abords du Dzong. Bref, une kermesse géante !

Abords du Dzong

Abords du Dzong

Le Dzong est en lui même très impressionnant de l’extérieur, mais une fois à l’intérieur, et bien, c’est époustouflant. Une architecture incroyable, avec des gens partout (aussi bien à l’étage qu’au RDC et en plein milieu de la cour).

IMG_1481

Intérieur du Dzong

IMG_1438

Intérieur du Dzong

IMG_1443

Intérieur du Dzong

Intérieur du Dzong

Intérieur du Dzong

Nous avons tant bien que mal tenté de nous frayer un chemin dans la masse pour pouvoir admirer les danses traditionnelles, mais avec un succès moyen…

IMG_1447

Danse traditionnelle

IMG_1470

Danse traditionnelle

IMG_1477

Danse traditionnelle

Nous avons finalement quitté avec regret le festival (mais pour y revenir le lendemain) pour se rendre dans un petit village à environ 30 minutes de route (dont je ne me rappelle malheureusement plus le nom) pour aller dans un atelier de Thangka, peintures sur toile avec des motifs ayant généralement une signification religieuse.

IMG_1528

Vue de la boutique

Nous avons également visité un petit marché non loin avant d’aller terminer cette superbe journée à Chimi Lhakang, le temple de la fertilité. Nous découvrons à ce moment là comment sont attribués les prénoms pour les enfants à naître dans la région. C’est un peu comme un jeu de cartes… Il y a deux tas de cartes avec des prénoms dessus (ayant tous une signification religieuse et généralement composés deux mots) et on tire au sort.

IMG_1530

Chimi Lhakang

IMG_1538

Chimi Lhakang

IMG_1539

Chimi Lhakang

Nous avons ensuite passé la nuit au Kunzang Zhing Resort (pour la critique de M. Déclic, c’est par ici), hôtel tout à fait convenable pour le Bhoutan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *