Retour sur mon trek de Pindaya à Kalaw

Ce trek, j’en avais rêvé depuis que j’avais vu des photos des paysages typiques de la région de Pindaya. Et bien, ce fût encore mieux en vrai ! Pour résumer, pour rallier Kalaw (à prononcer « Calo ») de Pindaya à travers les montagnes et les champs, soit environ 50km, il nous aura fallu trois jours, à raison de 6/7h de marche par jour. Nous aurons rencontré en chemin trois ethnies – Palaung, Tare Shan et Danu.

Mais reprenons depuis le début… La veille au soir, le guide est passé à l’hôtel pour se présenter et fixer l’horaire du départ le lendemain. Son nom : Thaik Soe (coordonnées sur demande), petit, morphologie sèche, teint buriné, bref, la tête du mec qui passe sa vie dehors. Il a l’air très sympa et surtout compétent.

ITINÉRAIRE

IMG_4467


Jour 1

8H30, top départ ! Sauf que mon bagage est toujours à l’hôtel à Pindaya alors qu’il aurait dû partir pour Kalaw. On se met en route et il semble être en train de régler le point par téléphone. C’est le dernier jour d’école avant les vacances scolaires et on laisse passer les petits écoliers 🙂 Puis on longe le lac pour retrouver la personne qui va s’occuper de mon backpack.

IMG_3059
IMG_3060

Il s’avère que Thaik parle très bien l’anglais ! Et là, oh surprise, mon backpack (qui se trouve dans une housse) sera acheminé en scoot (1h30 de route) – j’ai un peu peur, vu que mon ordinateur se trouve dedans. Et bien il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour le sac ne tombe pas en chemin ! Allez go, il faut y aller (au passage on récupère un jeune qu’il est en train de former au métier de guide), on marche d’un bon pas sauf que c’est vraiment très raide… Après 1h de marche, je suis déjà lessivée, j’ai dû perdre 1 litre d’eau et j’ai un peu mal à la tête… Ça promet ! Je jette un œil au guide, il transpire tout autant mais à l’air quand même bien plus frais ! Arrivée en haut de la montagne, il me dit qu’on vient de monter 500m de dénivelé. Et bien, je comprends un peu mieux mon état. Heureusement, la suite ne sera « que » marcher sur les crêtes ou dans les champs…

Et là je suis réellement surprise par les paysages, tous ces champs à flan de montagnes (gingembre, thé, choux, oignons, curcuma, pomme de terre et riz des montagnes…). Il fait une chaleur de plomb – c’est qu’il n’y a pas beaucoup d’arbres en chemin. Je suis impressionnée par ces gens qui travaillent dans ces conditions toute la journée… Le guide me donne de nombreuses d’informations, m’apprend à reconnaître les cultures, les plantes et les arbres. Bref, ce que j’adore. La population en chemin est vraiment timide et il n’est pas rare que les enfants et les femmes se cachent dans leur maison. Heureusement que le guide est là pour leur parler de temps à autres mais je comprends que ce trek n’est pas très courant contrairement à celui pour aller au lac Inlé. Du coup, les birmans ne sont pas habitués à voir des étrangers (du moins femmes et enfants, car les hommes vont de temps en temps en ville).

Galerie photo du matin…

Nous nous arrêtons dans un village Danu pour un déjeuner chez l’habitant et partageons notre repas avec la propriétaire des lieux (la femme, c’est la « boss » !). Elle me fait goûter deux spécialités : un genre de salade huilée / macérée à base de feuille de thé (macération pendant 1 semaine dans un immense sac compacté) ainsi que des graines de pois frites. Durant mon voyage, j’ai pu noter que la nourriture birmane était assez riche en huile ! Le guide prépare le repas et sincèrement c’est un délice (comme tous les repas durant le trek). Tout autour du village se trouvent des plantations à perte de vue. Par ailleurs, ce village possède également une piscine naturelle vraiment charmante !

Galerie photo du midi…

Il se trouve que c’était également jour de vacances scolaires, donc un petit groupe de garçons a trainé avec nous. Et devinez quoi ? Ils mouraient d’envie de jouer devant l’appareil photo pour pouvoir ensuite se voir sur l’écran numérique. Ce qui a été vraiment rigolo, c’est de voir l’évolution. Au début, ils prenaient un air sérieux puis ça a complètement dérapé et ils se sont éclatés ! J’ai même dû demander au guide de l’aide pour leur faire comprendre qu’il était temps d’arrêter. C’est qu’on avait une petite trotte encore !

Après une marche éreintante, nous arrivons à une route principale, celle qui mène à Mandalay et nous nous arrêtons pour un snack (vraiment bienvenue), dans une maison de bord de route qui ne sert que du tofu frit – j’adore le tofu et celui là était trop bon ! La dame était charmante et me fait même goûter des nouilles au tofu frit sauce piquante (un peu dur pour un goûter). Puis on se remet en route pour notre destination pour la soirée (la maison du père d’un de ses amis, professeur des écoles à la retraite), dans un village Danu. Le guide annonce 20 minutes de marche… il en aura fallu plus d’1h15.

Galerie photo de l’après midi…

Premier constat, le monsieur est vraiment grand – 2 mètres ! Premier birman aussi grand que je croise. Avec sa femme, ils ont 9 enfants, dont 3 vivent encore à la maison. Ce soir là, je mangeais avec eux deux, car je suis une hôte. Cependant, la coutume veut que, comme ils sont plus vieux, je les serve en premier. Cela consiste à leur verser une cuillère de curry dans leur assiette de riz. Par curry, il faut entendre le curry birman, que j’aurais bien du mal à vous décrire mais qui est différent du curry indien ou thaïlandais… Je sais, ça ne vous aide pas !

Deuxième constat, il faut partager les toilettes avec nos amis les araignées… M. Déclic aurait été fier de moi (vu ce qui s’était passé en Mongolie), je n’ai pas crié.

Et enfin, la partie tant attendu, le dodo… Les lits birmans sont moitié moins épais que des futons… La surprise de la soirée ? Mon compagnon de chambre, un oiseau, qui avait son nid dans la pièce.

J’ai juste hurlé au début (je commençais à m’endormir) – il faisait noir et j’entends un gros bruit volant qui se cogne sur la tôle… J’ai cru que c’était un énorme cafard volant… Le guide a bien rigolé ! Moi un peu moins sur le coup mais pas le choix. Je parviens à m’endormir et passe étonnamment une très bonne nuit ! Il fait très frais la nuit dans cette région (environ 18°C).

Galerie photo du soir…


Jour 2

Levé à 6h et petit déjeuner à 6h30. Pas de douche ni d’évier pour se laver. Pas grave (ça sera comme ça pendant 3 jours !). A 7h30 on est parti pour de nouvelles aventures… La journée sera longue car il fait une chaleur assommante (pire que la veille) et il n’y a (encore) que très peu d’ombre. Durant notre trajet, j’ai eu la tête qui a tourné plusieurs fois, on a fait de nombreuses « petites » pause à l’ombre des rares arbres que nous pouvions trouver. Les paysages sont toujours époustouflants (surtout les couleurs). Nous passons par de nombreux villages Tare Chan (un seul village Danu au début de la journée) et à un moment, une vieille mamie, qui était là avec une tribu de femmes et d’enfants, insiste pour que nous prenions notre repas du midi avec elles. Il n’est que 11h mais le guide me demande si ça me va. Evidemment, elle a l’air trop cool la mamie !

Elle pose plein de questions, et me touche les cheveux, la peau… pour voir si on est fait pareil. Je dois dire que c’est la première fois que je me fais tripoter par une femme, qui a en plus environ 70 ans ! Elle m’a laissée tenir un nouveau né, qui je dois dire, était plus qu’empaqueté sous les épaisseurs de tissus – on aurait dit une momie mais vivante. Les enfants sont « empaquetés » de cette manière durant les premiers mois ! Vraiment différent de notre coutume. Par ailleurs, il est trimballé de bras en bras (même dans les bras d’enfants) toutes les 5 minutes ! Le bébé fait pipi, et ça coule par terre… pas grave, les femmes essuient avec leurs jupes. Mais tout le monde a l’air content et surtout le bébé n’a pas moufeté ! Nous y avons passé un super moment (quelle chance car à un jour près il n’y aurait eu personne pour cause de récolte), et elle me dit qu’il faut absolument que je revienne la voir 🙂 Avant de partir, je la laisse avec ses petits enfants jouer avec mon Iphone en mode selfie afin qu’ils puissent se voir en live (c’est qu’ils n’en ont pas vraiment l’habitude).

Galerie du matin / midi

Puis on repart, pour l’après-midi qui sera la plus dure de ce trek, entre la chaleur et la difficulté du terrain. J’avais l’impression que mon sac pesait 2 fois plus lourd que la veille. Même le guide rêvait d’une boisson fraîche !

Ça n’arrêtait pas de monter, monter, c’était sans fin… Quand enfin on arrive « au dernier village avant le monastère », je me dis chouette, on est presque arrivé ! Coup de chance, à la sortie de ce village, il y a une compétition de lancer de pétard géant, fait à base de bambou et de poudre… Le tout étant censé commencer à 15h – donc dans pas très longtemps. On en profite pour faire une pause et prendre des fritures de poireau/piment. On s’assoie et on attend, sauf que le guide me dit qu’en fait rien ne sera prêt à 15h et on se remet en route.

Nous avions deux possibilités :

  • marcher le long de la route
  • sur les conseils des locaux, traverser à travers des collines (encore) avec, selon leurs dires, un super paysage.

Bon, allez, va pour la 2ème option ! Sauf qu’il commence à se mettre à pleuvoir (ce qui n’est pas si mal étant donné la chaleur) et que c’est vraiment pentu… Il s’avéra que ce chemin était en fait plus long que prévu et, surprise, qu’il impliquait de marcher à travers des rizières en terrasse (donc remplies d’eau…).

Le guide ouvre le chemin dans la végétation et les rizières, sauf que ça n’a pas loupé, j’ai perdu mon équilibre à un moment et me suis retrouvée avec un pieds dans la rizière…

J’ai sorti un « fais chier » du fond du cœur tellement j’étais crevée et en sachant qu’il n’y aurait pas de douche à l’arrivée !

Après une dernière montée interminable, nous arrivons (enfin !!!!) au monastère. Vue superbe sur la vallée. Le moine nous montre notre chambre pour la nuit. Spartiate ! Comme d’habitude, le repas est super bon et on discute avec deux jeunes qui sont en visite au monastère et qui habitent à 1h30 de là. Ils sont très sympas et me sortent un truc improbable… Ils me disent (traduction du guide) « je connais Zidane » ! Gros fou rire ! Je n’aurais pas du tout pensé parler de foot ni de Zidane au fin fond de la Birmanie. On discute de choses et d’autres et il se trouve qu’aucun d’eux ne connaissait MacDo ni même le concept de fast food ! Incroyable mais vrai ! Ça existe !! Le guide et les jeunes n’en avaient jamais entendu parler !

Galerie de l’après-midi / soir

Après ce bon repas, au dodo, sauf qu’il est à peine 20h… je suis tellement épuisée que je n’arrive pas à dormir. La journée aurait pu se terminer comme cela… Oui mais c’était sans compter sur un cauchemar qui s’est invité dans ma tête. C’est le guide qui m’a raconté en détail le lendemain matin. Vers 21h30, j’ai apparemment hurlé pendant bien 30 secondes (c’est long). J’avais un vague souvenir d’un rongeur sur ma jambe. J’aurais allumé ensuite ma lampe de poche et fais peur au guide qui n’a vu que mon énorme crinière désordonnée. Les chiens se sont mis à aboyer suite à mon hurlement. Apparemment je parlais en français aussi ! Bref, craquage total de mon subconscient… ! En tout cas, on en a bien rigolé le lendemain !


Jour 3

Dernier jour… j’ai l’impression pourtant que cela fait plus de 2 jours que je suis perdue dans cette région. Je suis à la fois impatiente de retrouver une chambre d’hôtel le soir (pour la douche) mais assez triste et réticente à retrouver la civilisation car je me sens vraiment bien, j’expérimente un mode de vie dur mais étonnamment simple et j’apprends énormément de choses. Le paysage change, puisque désormais nous passons à des forêts de pins et surtout à des cultures de mandarines ! Nous sommes en haut des montagnes au départ. On passe quelques villages Tare Shan avant pour s’arrêter dans le dernier avant l’arrivée à Kalaw, un village Palaung. Dans cette ethnie, les mariages sont encore arrangés et leurs habits traditionnels sont composés d’une tunique bleu marine et d’un grand foulard à carreau orange et bleu marine (pour les hommes, l’orange est remplacé par le vert).

Et là, quelle chance, c’est le Festival Tahdingyunt, célébré durant la pleine lune. La veille de la pleine lune, il est de coutume que les personnes « âgées » (45 et +) aillent au monastère pour honorer le bouddha. Puis le lendemain, c’est grosse fête dans tous les monastères ! Nous y étions lors de la veille de la pleine lune et avons pu admirer la procession des personnes âgées avec leurs petits enfants ! Trop sympa – ça m’a un peu rappelé notre voyage au Bhutan.

Et puis on est reparti… sauf qu’en chemin, on entend comme le bruit d’une rivière… On se retourne et on voit un rideau de pluie arriver. On se presse sur les chemins en évitant toute chute et on arrive juste à temps à une espèce de cabane où il n’y a qu’un toit et qui sert de protection pour le tri des mandarines, qu’une famille est en train de faire. Chose amusante, le guide connaît bien cette famille ! On attend mais ça ne se calme pas… Sauf qu’il faut vraiment repartir pour ne pas être bloqué de nuit. C’est donc sous une pluie diluvienne que nous avons fait la dernière partie du trajet… Peu de temps avant notre arrivée à Kalaw, le soleil est quand même revenu.

Galerie de la journée

Et là, je vois ce paysage – qui n’est certes pas la meilleure photo du monde. Mais vous savez ce que c’est ? C’est Kalaw, l’arrivée ! Et bien j’étais super fière d’y être arrivée !

IMG_3733

Sauf que j’aurais aimé continuer à découvrir la Birmanie de cette manière… D’autant que je n’ai croisé aucun touriste avant d’arriver au monastère de Kalaw. La prochaine fois, c’est décidé, je ferais un trek plus long !


Bilan

A l’heure où j’écris, cela fait plus de 2 semaines que je suis en Birmanie. J’ai visité Loikaw, la région de Mandalay et Bagan. Et bien cette étape est de loin ma préférée du voyage. Dommage que ça n’est duré que 3 jours. Ce que je retiens, ce sont avant tout mes rencontres.

Quelques informations :

  • bien que la température en journée soit chaude (entre 25 et 30°C), l’humidité est faible et surtout, en fin d’après-midi, elle descend fortement (entre 15 et 18°C), ce qui permet d’avoir un climat global des plus agréable. Et comme les températures sont fraîches, cela signifie qu’il n’y a pas de moustiques 🙂
  • le guide m’a été indispensable tant pour le trajet que pour la communication avec les ethnies
  • je suis passée par l’agence Adorable Myanmar mais j’ai les coordonnées du guide si vous êtes intéressés
  • je n’avais avec moi qu’un sac de 22l avec le strict minimum (eau, médicament, trousse de toilettes de base et batterie portable). Pas besoin de sac de couchage – dans cette région, comme il fait frais la nuit, les habitants ont des couvertures. J’avais en revanche mon sac à viande avec moi.

La famille d’accueil le 1er jour pour le déjeuner
IMG_3296

Le guide (à droite) et son apprenti
IMG_4462_2

La super mamie chez qui nous avons déjeuné le 2ème jour

IMG_3509

Notre hôte pour la 1ère nuit
IMG_4437

28 Comments

  • Léa dit :

    Salut !
    Nous partons avec mon frère en Birmanie dans une semaine avec nous aussi l’idée de faire un trek. Nous n’avions pour le moment vu que celui entre Kalaw et le lac Inle, qui a l’air d’être celui où se retrouvent tous les touristes. Est-ce que tu l’as fait ? Si oui lequel des deux as-tu préféré ?
    Et pouvons-nous avoir les coordonnées de ton guide car je pense que nous allons préférer faire Pindaya-Kalaw, où les touristes ont l’air moins présents.

    Merci pour cet article et pour ta réponse !

  • Matmat dit :

    Bonjour !

    Nous sommes actuellement à Bagan et prêts à crapahuter vers Pindaya dans les prochains jours 🙂 Possible d’avoir l’adresse de ton guide? Super article ! Merci

  • Jeronimo dit :

    Bonjour bonjour,

    merci pour toutes ces infos… Ca fait rêver.. On voyage encore de chez nous!!! on décolle le 19 aout pour l’Asie du sud et le trek que tu décris nous donne envie… Peux-tu me laisser le contact du guide qui t’accompagnait…? Merci d’avance

  • Mélodie dit :

    Bonsoir Jessica, merci pour votre récit, difficile d’avoir des infos sur ce trek! Avez-vous vu des champs de thé ? Pourriez-vous me transmettre les coordonnées de votre guide? Merci!

  • Senlis Sixtine dit :

    Bonjour,
    Serait-il possible d’avoir les coordonées du guide ?
    Merci d’avance!

  • de Bony dit :

    Bonjour,
    Serait-il possible d’avoir les coordonnées du guide? Merci

  • Pierre Guitard dit :

    Wow, quel trek! Nous devrions y être en juillet de cette année, alors pourriez vous me donner les coordonnées du guide?
    Merci à l’avance
    Pierre Guitard
    Montreal

  • Arthur dit :

    Bonjour !
    Bravo et merci pour ce résumé, ce trek donne envie!
    Nous partons dans 10 jours et serions intéressés pour le faire, pourriez-vous m’envoyer le contact de votre guide?

    Merci beaucoup
    Arthur

  • Alex dit :

    Salut Jessica,
    Je suis en partance pour la Birmanie avec le projet de faire un trek dans la région de Kalaw et/ou Pindaya.
    Comme pas mal de gens, je serais intéressé d’avoir les coordonnées de ton guide.
    Merci d’avance de ton retour et pour toutes les infos intéressantes de ton blog.
    Alex

  • HELENE GRAND dit :

    Bonjour Jessica,

    Merci pour ton joli récit et les superbes photos !!!
    Tu nous as convaincu ! Nous partons Samedi matin à la découverte de la Birmanie et serons aux alentours du 10 février dans la région. Pourrais-tu stp nous donner les coordonnées du guide et les transports que tu as utilisé pour aller à Pindaya ?
    Merci beaucoup pour ton aide 🙂

    • Jessica dit :

      Bonsoir Hélène, je viens de t’envoyer un email! Bon voyage 🙂

      • Bonjour Jessica, on vient de découvrir ton blog en on est juste fans! On est arrivé avant hier à Bangkok et après demain on part pour Myanmar, on est heureuses comme tout et on a très envie de faire un treck comme celui que tu décris! Est- ce que tu pourrai nous passer les coordonnées du guide dont tu parle? on te laisse aussi le link de notre blog pour si tu veux y jetter un coup d’oeil 🙂 melimelohaciaasia.wordpress.com et instagram: melimelohaciasia

  • Jérôme dit :

    Bonjour,
    Nous partons mon amie et moi début février et nous souhaiterions sortir un peu des sentiers battus. Nous pensions donc faire le trajet Kalaw-Pindaya en randonnée. Serait-il possible d’avoir les coordonnées du guide car pas facile à trouver sur le site que tu indiques? Il n’y a pas de prix mentionné non plus, peut-on avoir une idée de ce que tu as payé pour ce trek?
    Nous arriverons de Bagan, je ne sais pas trop quelle ville est la plus pratique à rejoindre en bus ou en train : Kalaw ou Pindaya.
    Merci pour tes informations

  • Nico dit :

    Salut,
    Super blog, très belles photos et récit sympa. On est également tenté par le trek. Pourrais-tu envoyer les contacts du guide?Merci !

  • Pierre dit :

    Bonjour, super blog super. Je vais sur pindaya dans les prochains jours. Serait-il possible d’avoir les coordonnées de ton guide.
    Merci d’avance,
    Pierre

  • Jasmine dit :

    Bonjour Jessica!
    Je suis une voyageuse québécoise actuellement en Birmanie, wow quel charme ce pays! J’adore 🙂
    Je viens de tomber sur ton blog, super intéressant et tes photos sont sublimes!
    Jai découvert ton blog en lisant sur Pindaya et le trek. C’est un changement de plan qui vient de se faire de mon bord car je devais aller à hsipaw mais conflits politique et militaire obligent, je dois changer de plan.

    Je me demandais si tu pouvais me donner les coordonnés du guide que tu as eu?
    Aussi comment se rendre à Pindaya? Je suis actuellement à Bagan, et j’imagine que je n’aurai pas le choix de passer par mandalay pour my rendre, peux tu m’éclairer à ce sujet?

    Je serais à Pindaya idéalement dans 2 jours, Désolée du dernière minute!

    Merci infiniment j’attends de tes nouvelles 🙂

    Jasmine, de Montréal

  • Isabelle dit :

    Bonjour Jessica. Je pars dans deux jours en Birmanie et envisagais de faire le trek kalaw pindaya. Peux tu stp me donner les coordonnées du guide ? Merci.
    Isabelle

  • CROGNIER LAURE dit :

    Bonjour,
    Nous partons deux filles en Birmanie en fin de cette année (2016) et janvier 2017 et nous souhaiterions organiser un trek Kalaw-Pindaya (ou inversement). Nous avons contacter l’agence qui vous signaliez dans votre blog (adorable maymar) mais ils ne s’occupent que d’organiser l’ensemble du séjour. Pourriez vous nous communiquer votre contact guide pour le trek pindaya-kalaw ?
    Merci de votre réponse

  • jonathan dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord très joli blog et bien sûr quelle belle photo!
    Je pars en janvier en Birmanie et je souhaiterais comme toi, faire le trek de Pindaya à Kalaw car les paysages on l’air encore plus joli et il change un peu du traditionnel trek Kalaw/Lac Inle.
    Donc stp pourrais tu me donner le contact de ton guide pour le trek de Pindaya à Kalaw car difficile à trouver sur internet.
    Bonne continuation.

  • Mélissa dit :

    Bonjour, je pars en Birmanie en février prochain avec une amie, pourriez vous me communiquer votre contact guide pour le trek pindaya-kalaw ? Merci de votre réponse
    Melissa

  • Damien dit :

    Salut Jessica! Tes photos et ton article me font revenir 2 ans en arrière, j’ai plein de souvenir qui remonte de mon trek entre Kalaw et le lac Inlé. Nous avions rencontré la tribu Pao et avions dormi dans une couche similaire à la tienne, je reconnais même la couverture. J’en garde un très grand souvenir, ce pays est magique et ce peuple fantastique. En tout cas les photos sont superbes et tes articles bien écrit. Je t’enverrai à l’occasion un lien du film que nous avons réalisés à la suite de notre voyage. Continue à nous faire rêver.

    • Jessica dit :

      Salut Damien ! Ca fait un bail ! Merci beaucoup pour ton commentaire ! Effectivement ce pays est splendide 🙂 Et je pense que ce sont des couvertures « spéciales Asie » car lors de précédents voyages, on avait eu les mêmes ! Et ça sera avec plaisir pour voir votre vidéo. Je vois que toi aussi tu t’éclates bien au pays des caribous 🙂 Ça à l’air génial ! Nous n’avons fait que le parc national de Banff mais rien que ça on avait adoré ! Profitez bien (mais je n’en doute pas) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *